jeudi 29 mai 2008

[Vidéodanse] Salomé (2002)

Salomé
Espagne - 2002
Réalisateur: Carlos Saura
Chorégraphe: Aida Gomez


Aida Gomez répète un nouveau ballet qui retracera l'histoire de Salomé. Des répétitions au choix des costumes, le film nous entraîne peu à peu vers la pièce dansée.

Salomé est la première vidéodanse long métrage que j’ai vue au cinéma. J’ai été tout de suite soufflée par la qualité de son écriture chorégraphique et la réalisation de Carlos Saura. Voici la critique que j’avais écrite pour FilmDeCulte lors de la sortie du film. Pour une fois mon avis n’a pas changé…


- - - - - - - - - -

Ni une captation de spectacle, ni un documentaire sur la danse, Salomé appartient de par son processus de création et son esthétique à ce genre particulier qu'est la vidéodanse. En 2001, la danseuse étoile Aida Gomez quitte la direction du Ballet National d'Espagne (l'équivalent espagnol de l'école de l'Opéra de Paris), suite à des conflits quant à ses choix chorégraphiques jugés trop modernes. Elle qui avait toujours rêvé de mélanger le flamenco (son premier amour d'enfance) et la danse classique espagnole en mettant en scène une des grandes histoires de l'antiquité méditerranéenne, elle se trouvait enfin libre de toute contrainte. Elle contacte alors Carlos Saura pour qu'il réalise une captation de sa nouvelle pièce Salomé. Celui-ci, grand habitué des films musicaux, lui propose d'en faire une œuvre de fiction qui mettrait en scène le processus de création puis la pièce en elle-même. Le résultat est stupéfiant.

Le film gagne toute sa saveur dans cette division en deux parties qui se font écho. La première, filmée en vidéo professionnelle, donne à voir les répétitions, les choix de la musique, des décors et des costumes en alternant courtes interviews et scènes anecdotiques. Le tout, savamment structuré par un montage sobre et limpide, construit la trame de fond de l'œuvre. Dans la seconde, Carlos Saura nous transporte dans un univers de danse aux couleurs chaudes. Mélangeant avec délicatesse les jeux de lumière, d'ombre et de reflet, il met en évidence les courbes et volutes que dessinent les corps cambrés des danseuses de flamenco. Transcendées par l'utilisation du 35 millimètres, les images qui en ressortent sont d'une rare beauté lumineuse. Le montage est ici aussi exemplaire. Exercice périlleux lorsque l'on filme de la danse, Carlos Saura alterne avec virtuosité tous les styles de plan sans un seul faux raccord. A travers son objectif, il capte, suggère, sculpte et dissèque les mouvements.

Alliant parfaitement le flamenco à la danse classique espagnole, la chorégraphie de Aida Gomez est résolument contemporaine. Tout en respectant la grande tradition du flamenco en gardant ses accents, ses pauses langoureuses, ses attitudes, ses cambrés, ses tours rapides, elle utilise des éléments typiques de la danse moderne et néoclassique comme le porté final de Salomé, les pas de deux ou encore la structure des corps de ballet. Le tout est servi par de magnifiques danseurs. Issus de grandes écoles classiques, leurs mouvements sont justes et d'une grande pureté. Au final, ce film est un immense plaisir visuel, résultat de la maîtrise parfaite de ses créateurs et interprètes.


A propos du DVD

L'interactivité du DVD de Salomé se décompose en sept parties, à l'image des sept danses de Salomé.





Tout d'abord, une préface écrite par Andrea Davidson, spécialise et professeur en vidéodanse à Paris 8, qui nous plonge dans le monde de Carlos Saura et Aida Gomez au son d'une voix apaisante accompagnée d'images choisies.


Vient ensuite la section "tournage", elle aussi découpée en sept parties (histoire, film, musique, chorégraphie, interprètes, Aida Gomez, Carlos Saura), montrant à chaque changement de séquence un effeuillage de Salomé. D'extraits de films en petites séquences d'entretiens avec les principaux actants, on apprend comment le film s'est construit et surtout comment Carlos Saura et Aida Gomez ont appréhendé la rencontre entre leurs deux arts. On découvre ainsi que le point de départ a été la chorégraphie. A ce sujet Carlos Saura dira "J'essaye de participer à la chorégraphie avec ma caméra, je suis les évolutions et les mouvements des danseurs. Je capte le détail, l'expression, le geste".


Le tout est suivi de deux interviews complètes et des plus intéressantes de Carlos Saura, nous exposant entre autre sa passion pour la danse, et de Aida Gomez, racontant la genèse du projet et son travail avec le réalisateur.



Enfin, les bonus se concluent sur des dessins du storyboard de Saura, deux extraits de la BO et la bande annonce du film.




- - - - - - - - - -

Voici une poignée d’extraits du film.










- - - - - - - - - -

Et petite anecdote qui m’a fait sourire lorsque j’ai reçu le DVD pour en faire la critique, tous les bonus ont été supervisés par ma prof de vidéodanse à la fac, qui a été accessoirement ma pseudo directrice de mémoire. C’était un peu étrange du coup de me retrouver en passe de critiquer le travail de la personne qui m’a initiée au genre…


Note film:


Note DVD:



Vous avez aimé ce billet? Abonnez vous à mon flux RSS

2 commentaires:

Avalon a dit…

La danse des voiles sa mère !!
Maintenant je vois mieux ce que c'est une videodanse, c'est vrai que, si je lis les articles ici, je n'ai parfois pas le temps ou la possibilité de regarder les vidéos... Je pense que je vais me faire une séance de rattrapage ;-)

En tout cas cette Salomé m'a alléchée; en même temps le cocktail flamenco+adaptation moderne+Saura ne pouvait que me plaire

Julie a dit…

Ha ça, la danse des voiles c'est du très lourd.
L'écritique chorégraphique de l'ensemble est vraiment superbe.

Et je suis contente de t'avoir donné envie de regarder d'autres vidéodanses...

Laissez un commentaire

suivant précédent home