lundi 1 octobre 2007

[Film] Hairspray (1988)

Hairspray
USA - 1988
Réalisation: John Waters
Chorégraphies: Edward Love



Baltimore, 1963. Tracy, ado rondelette adepte du cheveux laqué, rêve de danser dans son émission télévisée préférée, le Corny Collins Show. En chemin elle militera contre la ségragation et deviendra l'idole des jeunes.


Ce Hairspray d’origine souffre à mon sens du même défaut que la plupart des films de John Waters: une idée de départ plutôt intéressante, mais une réalisation et une direction d’acteurs assez insupportables. On assiste à un film sans saveur dont le cynisme pourtant bien pensé est constamment noyé par un côté brouillon. Personnages mal définis (sauf bien évidemment par leurs coiffures, une des rares bonnes idées du film) et agaçants, montage à la hache et séquences mal écrites se finissant en queues de poisson. Les 1h30 en paraissent 10 avec des scènes totalement inutiles principalement dans la seconde moitié du film. Quant aux chorégraphies, elles sont mal écrites (exceptée la danse du cafard et celle du bug très bien pensées) et surtout très mal mises en valeur, ce qui est assez paradoxal quand on pense à la place que la danse tient pour les personnages du film.

Dans ce fatras on gardera quand même les musiques, excellentes, années 60 obligent (c’est le côté fan attitude qui ressort). Mais également comme dit plus haut, l’utilisation du hair-do pour définir les personnages et l’invention de deux nouveaux types de danse crée sur le même principe qu’un Mashed potatoes ou qu’un Twist mais cette fois-ci en rapport direct avec le récit.

Note:



Vous avez aimé ce billet? Abonnez vous à mon flux RSS

2 commentaires:

Marlène a dit…

Bouh dommage que t'aies pas aimé :o(
Moi je m'en lasse pas !

Tink again a dit…

Ce qui ets bizarre c'est que j'avais pas le souvenir d'avoir autant détesté la première fois que je l'ai vu. Mais je me demande si je l'ai vraiment vu en entier... Je crois que c'est un de ces films où j'avais été obligée d'arrêter en cours de route et complètement oublié de reprendre par la suite. Et en fait c'est la fin qui m'a le plus ennuyé. Le début c'est pas top mais bon... mais avec l'accumulation et la fin qui par complètement en sucette quand c'est fini tu dis "ouf!".
Après je pense qu'on ne l'a pas découvert dans les mêmes conditions, donc forcément...

Laissez un commentaire

suivant précédent home